Fondée en 1809, alors que la ville de Québec comptait 16 500 habitants, la Chambre de commerce de Québec fait partie intégrante du développement de Québec et de sa grande région. Voici les principaux faits marquants de son histoire.

 

 

Le 21 février 1809, réunis à l'Hôtel Union, rue Sainte-Anne, sept marchands de Québec décident, suivant la suggestion de commerçants d'Halifax, de fonder le «Committee of Trade of Quebec».

Tous les efforts des marchands de Québec tendent, dans la première moitié du XIXe siècle, vers un seul but : faire de Québec le centre de distribution pour les Haut et Bas-Canada des produits anglais et antillais.

Jusqu'en 1860, la construction navale, véritable moteur de l'économie de Québec, occupe la moitié de la main-d’œuvre disponible. Cependant, l'augmentation des coûts, causée par la montée des prix et les hausses salariales, place les chantiers de Québec en mauvaise position. La Chambre est alors appelée à plusieurs occasions à concilier les premiers conflits de travail entre ouvriers, commerçants de bois et constructeurs de navires.



La grande noirceur

La Chambre soumet au gouvernement fédéral le projet de relier à l'intercolonial, qui assure la liaison entre Rivière-du-Loup et les Maritimes, l'embranchement du Grand Tronc qui va de Lévis à Rivière-du-Loup. Il ne manque plus qu'une jonction entre la Rive-Nord et la Rive-Sud, soit le Pont de Québec ; projet auquel la Chambre va se consacrer pendant plusieurs années.

Au tournant du XXe siècle, la Chambre appuie la création d'écoles techniques et commerciales et accentue son rôle de soutien, de formation et d'assistance à ses membres, établissant une tradition toujours vivante.

En 1946, la Chambre modifie en profondeur ses structures administratives et élargit son champ d'intervention à l'ensemble des questions liées à l'économie de la région de Québec. Elle accepte une plus grande diversité de membres, les entreprises étant désormais admises au même titre que les individus.

En 1948, afin d'allonger la saison touristique, elle propose la résurrection du Carnaval de Québec.
En 1959, après avoir contribué à sa restauration, la Chambre s'installe à la maison Maillou qu'elle occupe jusqu'à maintenant.

 



Moteur économique

Depuis la décennie des années 1970, plusieurs initiatives de la Chambre se sont avérées de puissants moteurs économiques : la restauration de la Place Royale, le dragage du chenal Saint-Jean, l'agrandissement de l'aérogare et l'allongement des pistes de l'Aéroport international Jean-Lesage en sont de bons exemples.

 


Sur le plan économique en général, la Chambre fait la promotion, dans les années 1980, de la création de la Société de promotion économique du Québec métropolitain (SPEQM) et, dans les années 1990, collabore à la mise en place d'un Centre de services aux entreprises canadiennes (info-entrepreneurs) pour les régions de Québec et de l'Est-du-Québec.

Consciente que l'avenir de la région de Québec dépend de sa volonté de consolider et d'élargir le rôle de centres de recherche et d'innovation, la Chambre contribue à la création du Groupe d'action pour l'avancement technologique et industriel de la région de Québec (GATIQ).

En 1997, la Chambre initie la plus importante campagne de promotion visant à faire valoir le rayonnement international des entreprises d'ici et leur savoir-faire. Sous le thème «Québec à la grandeur du monde», cette campagne, d'un quart de million de dollars, contribuera à freiner le climat de morosité qui s'est installé dans la région.


La Chambre accepte, en 1998, de porter le flambeau du projet olympique de Québec 2010 en prenant la responsabilité de trouver un leader rassembleur et de mettre sur pied une imposante collecte de fonds auprès des gens d'affaires. Cette initiative aura permis d'amasser plus de 450 000 $ en moins de dix jours.

Également en 1998, la Chambre mérite le trophée «Chambre de commerce de l'année», en reconnaissance de son dynamisme et de son leadership dans la promotion du développement économique de la grande région de Québec.

 

Québec tournée vers l’avenir

En 2000, la Chambre lance le défi «Québec, Capitale du Web». À cet effet, un comité interchambres constitué de six Chambres de commerce de la grande région de Québec sensibilise et accompagne les entreprises dans l’intégration des affaires électroniques à leur processus d’affaires actuel.

Le 3 juillet 2001, la Chambre, appuyée par l’aéroport international Jean-Lesage, lance un appel à la mobilisation régionale pour l’amélioration de la desserte régionale et met sur pied le Groupe d’action pour les liaisons aériennes, qui comprend aujourd'hui les partenaires suivants : l’aéroport international Jean-Lesage, la Chambre de commerce de Québec, l'Office du Tourisme de Québec, le Centre des congrès de Québec, l’administration portuaire de Québec, la conférence régionale des élus, Pôle Québec Chaudière-Appalaches, le Bureau de la Capitale-Nationale, et Développement Économique Canada. Moins de deux ans après sa création, le Groupe a contribué à développer de nouvelles liaisons aériennes sur les plans national et international.

Le 17 juin 2002, dans la foulée des regroupements municipaux,, les Chambres de commerce Beauport-Côte-de-Beaupré, Charlesbourg-Chauveau et Québec métropolitain unissent leurs forces et donnent naissance à la nouvelle Chambre de commerce de Québec.

 


En 2006, au terme d'un rigoureux processus normatif s'apparentant à celui menant à la certification ISO 9001, la Chambre de commerce de Québec est la toute première chambre de la grande région de Québec à obtenir son accréditation « avec distinction » de la Fédération des chambres de commerce du Québec et de la Chambre de commerce du Canada, témoignant ainsi de standards de gestion de haut calibre.

En 2007, en réalisant le regroupement avec la Chambre de commerce des entrepreneurs de Québec, la Chambre de commerce de Québec termine l'unification des forces vives du milieu des affaires de la région, devenant ainsi la seule et unique chambre de commerce du territoire et la plus importante de tout l'est du Québec.


200 ans d’histoire

En 2008-2009, la Chambre de commerce de Québec, deuxième plus ancienne chambre de commerce au Canada après celle d’Halifax, célèbre son bicentenaire. Cette période est l’occasion de festivités et de commémorations qui positionneront la Chambre et ses partenaires à l’échelle nationale et même internationale. Qui plus est, le 200e de la Chambre se déroule au même moment que les célébrations du 400e de la Ville de Québec, lesquelles généreront un rayonnement à très grande échelle.

 


Pour souligner son 200e anniversaire, la Chambre de commerce de Québec a mis de l’avant trois grands projets : une œuvre commémorative à la place du Marché-du-Vieux-Port, une publication relatant l’histoire du commerce à Québec à travers sa Chambre de commerce, et une grande soirée de lancement des festivités qui coïncide avec les congrès canadien et québécois des Chambres de commerce, en octobre 2008.

En septembre 2013, un diagnostic économique de la ville et de sa région et une vision de développement des 12 prochaines années sont dévoilés par la Chambre de commerce et d’industrie de Québec dans le cadre d’un rapport dressant les enjeux économiques auxquels Québec doit satisfaire afin de maintenir sa croissance d’ici 2025. Trois axes de développement sont proposés : l’entrepreneuriat et l’internationalisation des entreprises; le développement, l’attractivité et la rétention des talents et des compétences ainsi que l’attraction et l’accessibilité à la région.